Sign of life, Istambul (section), 1992, collection privée.

Sign of life, Istambul (section), 1992, collection privée.

ESBA Le Mans Expositions Hannah Collins

Hannah Collins

En 2016, après d’importantes expositions en Allemagne et en Grande Bretagne (Sprengel Museum à Hannovre, Camden Art Center à Londres et Baltic Center for Contemporary Art de Newcastle), Hannah Collins présente son œuvre photographique à l’École supérieure des beaux-arts TALM – Le Mans.

L’œuvre de l’artiste photographe et réalisatrice anglaise, Hannah Collins, est apparue sur la scène artistique internationale au milieu des années 80. Ses œuvres se présentent la plupart du temps comme de larges panoramiques d’espaces vides, de paysages naturels ou urbains. Intéressée par l’architecture, cette dernière occupe une place prépondérante dans son travail et cristallise l’un des sujets de prédilection de l’artiste : explorer les relations entre intérieur et extérieur, entre histoire personnelle et environnement socio-culturel.

Elle se caractérise alors par de très grands formats pouvant atteindre, 6 mètres de long sur 3 mètres de hauteur, pour certains tirages. Cet étirement de la photographie – sorte de peau en noir et blanc marouflée sur de la toile libre en coton et flottante sur le mur – installe souvent un premier plan d’une dimension plus importante que la réalité à l’échelle 1. Ce jeu photographique confère au corps du spectateur un positionnement qui le met en abîme face à l’image. Ce rapport est un symptôme du dispositif mis en scène par l’artiste pour que soit éprouvée l’expérience sensible d’une signification qui émergera des limbes de la mémoire de celui qui regarde.

L’œuvre photographique d’Hannah Collins engage une diversité de genres appartenant autant au domaine de l’esthétique qu’à celui de l’histoire socioculturelle de l’individu. Le traitement des images, par la lumière, leur matérialité, leur construction par la soustraction des signes et non leur accumulation, en fait une photographie silencieuse, épurée et intrigante. Il reste alors à penser l’objet photographié comme lieu d’une projection mentale pour que cette métaphore photographique fasse écho à une charge sémantique qui relève de l’expérience singulière et personnelle de celui qui regarde.

Cette diversité des sujets qu’Hannah Collins a abordés depuis bientôt quatre décennies s’organise par une indexation à un ensemble de catégories, qui finissent par former une constellation de morceaux de vie, de temporalités, d’espaces et sujets. Ceux-là se développent, créant une structure réticulaire dont la charge historico-poétique ouvre vers une résonnance introspective pour celui qui se laisse absorber par l’expressivité de son regard sur l’objet photographié.

Faisant écho à la pratique photographique de grand format argentique développée au sein de l’école, cette exposition apporte un exemple de ce qu’est une œuvre photographique qui se déploie avec liberté dans le temps et l’espace. Dans cette exposition sera présenté un des films d’Hannah Collins « Solitude & company », ainsi qu’une installation récente constituée de 18 photographies intitulée « Noah Purifoy » 2014, à laquelle est associée une projection sonore. Le visiteur pourra également être confronté à une des premières grandes photographie emblématique de ses recherches du début des années 80 « Thin Protective Coverings » 1986, 260 x 600 cm, et un diptyque appartenant au Fonds Régional d’Art Contemporain de Bretagne « Power is work, Work is power » 1990.
Durant la première semaine de l’exposition, un workshop organisé par des enseignantes avec Hannah Collins intègrera les élèves inscrits dans l’atelier de recherche et création intitulé « Unseason ». Ce workshop permettra aux élèves de confronter leurs recherches et travaux photographiques personnels au regard critique de l’artiste. Une restitution du workshop se déroulera en février 2017, lors du retour d’Hannah Collins à l’École supérieure des beaux-arts du Mans.

Le site d’Hannah Collins

• Exposition visible du 17 novembre au 16 décembre, du lundi au samedi de 14h à 18h.
• Vernissage mercredi 16 novembre à partir de 18h.

← Retour site TALM

Les derniers flux